De « Puṇya » à « La vie heureuse » : prendre la responsabilité de son destin

« C’est donc une même chose que vivre heureux et vivre selon la nature. »

Dans «La Vie Heureuse» le stoïcien Sénèque développe l’idée selon laquelle une vie heureuse est une vie conforme à la nature car «c’est elle qu’observe, elle que consulte la raison.» C’est une vie vertueuse à laquelle nous pouvons parvenir en agissant en accord avec l’ordre du monde.

Dans « Manuel » (chapitre VIII), Épictète adjoint à l’idée du bonheur le principe d’adhésion au destin. Il dit :
«N’attends pas que les événements arrivent comme tu le souhaites ; décide de vouloir ce qui arrive comme cela arrive et tu seras heureux.»

Yama, le Seigneur de la mort, tenant la roue de la vie le monde. Dans le cercle central se trouve un serpent chassant un cochon chassant un coq chassant le serpent, représentant l’envie, la haine et l’ignorance. Les six sections entourant le cercle central montrent des représentations des six royaumes : le royaume des dieux, le royaume des titans, le royaume des humains, le royaume des animaux, le royaume des fantômes et le royaume des les démons. Crédit : Wellcome Collection. Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)

Pour les stoïciens, le destin est un concept rationnel, c’est une chaîne causale d’événements qui gouverne l’organisation de l’univers. Loin de subir une forme de fatalité, adhérer à son destin c’est au contraire exercer pleinement sa liberté intérieure et agir sur ce qui dépend de soi.

Dans les Yoga Sūtra de Patañjali on retrouve ces notions de vertu et de destin, sutra 2.14

« Te Hlāda-paritāpa-phalah Puṇya-apuṇya-hetutvāt »

«Puṇya» la vertu est à l’origine de «Hlāda» le plaisir alors que «Apuṇya» la non-vertu ou le vice est à la racine de «Paritāpa» la douleur ou de la souffrance.
Ici, se conformer à la nature et à la raison, c’est agir en accord avec la loi du «karma», autre chaine causale d’événements où l’intention et les actions d’un individu entrainent des conséquences qui influencent son futur. Ainsi, vivre vertueusement, c’est prendre non seulement la responsabilité de ses actions, mais aussi de son destin.

Dans la pratique du yoga, à travers le souffle (Prāṇāyāma), le corps (Āsana) et le mental (Dhyāna) nous apprenons justement à prendre conscience de nos intentions et de nos actions. Nous les observons et nous les questionnons pour mieux les diriger…. et in fine, prendre en main notre destin.

🕉🙏


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s