Dharma et le déclin de la vie terrestre

Le «Dharma» est un terme sanskrit que l’on pourrait traduire par la «loi», le «devoir», «l’ordre des choses ou encore «l’ensemble des règles qui régissent l’univers et qui garantissent le maintien de son équilibre». Dans la «Bhāgavata Purāṇa[1]», le «Dharma» est décrit sous la forme d’un taureau dressé sur 4 pattes. Chacune symbolisant une vertu : l’austérité ou l’effort «Tapas», la pureté «Śauca», la compassion «Dayā» et l’honnêteté «Satya».

Dharma, dieu de la Justice, sous la forme d’un taureau et, la Terre, sous celle d’une vache, sont frappés par un shudra, de la caste la plus basse, personnifiant le Kali Yuga. Le taureau a été privé de trois de ses pattes au cours des âges précédents. Image issue d’un album d’illustrations de la «Bhāgavata Purāṇa», vers 1780-1785 © Bibliothèque nationale de France – source : gallica.bnf.fr

La première ère de la vie terrestre est appelée «Satya Yuga» ou «Kṛta Yuga». C’est le temps de la félicité et de l’accomplissement. Un âge dominé par les dieux et durant lequel l’âme, détachée du monde manifesté, est «pure conscience». Durant cette ère, le taureau Dharma se dressait sur ses quatre pattes.

C’est pendant l’ère suivante et selon un phénomène de déclin (contraire à l’évolution) que Dharma perd sa première patte. Cette ère est appelée «Tretā-yuga». C’est l’âge de la sagesse durant lequel les êtres sont soumis à la souffrance et à l’illusion. Ils ont alors perdu la conscience permanente de la «pure conscience», mais ont encore accès au monde subtil grâce à l’exécution de rituels sacrificiels. Ce temps est marqué par l’apparition de troubles, de conflits et de guerres.

Après «Tretā-yuga», advient l’ère du «Dvāpara-yuga». Dharma ne se dresse plus que sur deux pattes. Durant cette période, les êtres développent des qualités de lumière et d’obscurité.

L’intelligence, le mental, et le corps énergétique sont les nouvelles couches venues se superposer à la «pure conscience». Les êtres deviennent sensibles aux émotions, aux sentiments et au monde matériel. C’est l’âge du doute et de la dévotion, marqué par l’apparition des religions.

Enfin, arrive notre temps, celui de «Kali-Yuga» l’âge de fer et de l’obscurité où le taureau Dharma tient en équilibre sur sa dernière patte. C’est le temps de l’identification et de la prédominance du corps physique. Les êtres recherchent principalement la satisfaction de leurs désirs sensoriels et matériels. Ils ont perdu une partie de leur humanité et de leurs vertus et ont intégré le monde matériel comme faisant partie de leur identité. Ignorant totalement perdu de vue la notion du Dharma.

Dans les «Purāṇas», il est dit que durant le «Kali Yuga», le chaos augmente jusqu’à ce que la vie devienne intenable. S’en suivent une grande destruction puis une période de repos…. Un nouveau cycle de création pourra alors commencer 🙏🤞

[1] «Bhāgavata» signifie adorateur ou disciple. Et les «Purāṇa» sont un genre littéraire. Il s’agit de poèmes épiques traitant des mythes et légendes. La «Bhāgavata Purāṇa» se concentre en particulier sur le dieu Visnu et ses différents avatars.


Les yuga en années solaires
– Krita ou Satya Yuga = 1.728.000☀️
– Treta Yuga = 1.296.000☀️
– Dvapara Yuga = 864.000☀️
– Kali Yuga = 432.000☀️


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s